Lettre ouverte à nos amis marocains du Parti du progrès et du socialisme

Chers amis,

Nous avons bien reçu la missive du 16 novembre 2018 à travers laquelle vous lanciez un appel à la base militante de notre parti.  Comme votre message l’a si bien souligné, nous vivons dans un monde marqué par de multiples incertitudes qui font peser des menaces voire des dangers sur notre région et nos populations. En effet, la fin de la bipolarité incarnée par le bloc de l’Est et ce qui est appelé « le monde libre » n’a pas donné lieu à la paix et l’harmonie attendues dans les relations internationales.  Cela a induit un nouveau bouleversement avec son lot de guerres, d’incertitudes et de menaces inédites.

Comme le notait notre président, Mohcine Belabbas, dans son allocution au deuxième jour des travaux de votre dernier congrès le 12 mai 2018, « les bouleversements dans la situation de notre sous-continent nord-africain signent un tournant historique. Plusieurs enjeux et défis se présentent à nous : la lutte contre le terrorisme, la recherche de nouveaux paradigmes conformes à nos valeurs positives et à nos perspectives de développement pour appréhender la question de la migration, la construction d’une économie performante, les problèmes démographiques, la libre circulation des personnes et des biens, l’impact du réchauffement climatique dont le stress hydrique n’est pas la moindre des conséquences… »

En tant que militants des causes progressistes, nous sommes les premiers interpellés et nous devons agir dans un cadre unitaire pour changer le cours des événements en faveur de la reconstruction nord-africaine. Il nous appartient de conjuguer nos efforts pour créer les conditions d’un rayonnement de notre région qu’aucun pays ne peut, à lui seul, réussir durablement. La coopération bilatérale et multilatérale entre les pays de la région voire la mise en commun de nos moyens est attendue par nos peuples.

La génération de militants qui ont partagé les luttes pour l’indépendance n’est plus là. La transmission d’une pédagogie politique démocratique ne s’est pas faite à des niveaux que la cause requiert.

Pire, les jeunesses de nos pays n’ont pas été irriguées de cette histoire. Ni les programmes scolaires, ni les médias, ni les échanges, y compris sportifs, ne contribuent à maintenir et raffermir notre identité et notre destin communs.  C’est un aspect qui doit préoccuper chacun d’entre nous.

Mais, en réalité quels que soient les retards et les volontés politiques des appareils étatiques de maintenir le statu quo, l’histoire, la géographie, l’identité, les limites économiques des marchés nationaux et les tendances économiques mondiales au regroupement et aux synergies militent pour l’avènement d’institutions communes pour la gouvernance de notre sous-continent.

Si le recul est évident, il est établi aujourd’hui que les convergences qui sont appelées à réanimer les processus d’union sont avant tout d’ordre de solidarités citoyennes et de pratiques démocratiques. La réappropriation de la souveraineté populaire par nos pays respectifs est un impératif pour la relance et la concrétisation d’un espace nord-africain fort de sa cohérence et de ses atouts et ouvert à la modernité et au progrès.

Notre parti a, de tout temps, entretenu des relations suivies avec des organisations qui représentent des franges progressistes du peuple marocain. Cela est un fait établi. Nous n’avons jamais cédé aux pressions ambiantes et nous avons toujours mis en avant ce qui nous unit, c’est-à-dire une histoire et un destin communs.

Lors du 5ème congrès de notre parti, nous avons adopté un appel signé par les partis d’Afrique du nord présents à cette rencontre pour appeler à la concertation et au travail commun. Suite à cet appel, une rencontre s’est tenue, le 14 avril 2018 à Monastir (Tunisie). Cette réunion a regroupé 11 partis politiques entre Algérie, Maroc, Tunisie et Lybie. Dans la résolution de ce regroupement nous avons constitué une instance provisoire en attendant d’élargir les contacts à d’autres forces politiques pour faire le point dans une nouvelle rencontre initialement projetée en fin de l’année 2018. Cette rencontre se déroulera au Maroc à la fin du mois de janvier 2019. Nous pensons que votre présence à ce rendez-vous constitue un moyen d’approfondir nos échanges et d’impulser une nouvelle dynamique à cette initiative.

Fraternellement.

Alger, le 04 janvier 2019

Le secrétariat national du RCD

more recommended stories